Publié le

Profil d’avion 14-18 : le SPAD XIII, 1918


Planche de profil d'avion : SPAD XIII, 1918 – Infographie : André Jouineau
Profil d’avion : le SPAD XIII, 1918 – Infographie : André Jouineau.

Profil d’avion « SPAD XIII, 1918 » …

Infographie : André Jouineau – Planche format A4 en couleur, fichier JPEG HD à télécharger sur votre ordinateur – Disponibilité immédiate après paiement – Prix : 2,35 €.

Cette planche de profil d’avion est disponible sur le site Images d’Avions :
Salmson 2A2, 1917-1918

Publié le

Borne Vauthier n°1 (Château-Thierry – 02 – Aisne)


La borne Vauthier de Château-Thierry
La borne Vauthier n°1 de Château-Thierry – (Photo © 2017 Eric Le Maître).

A propos de la borne Vauthier …

« Ici fut repoussé l’envahisseur, 18 juillet 1918 ». Cette date marque le début de l’offensive Mangin. Château-Thierry est la première ville libérée grâce à cette manoeuvre. C’est pourquoi le Touring Club de France choisi Château-Thierry pour inaugurer la première borne en 1921.


Vue du profil droit de la borne Vauthier à Château-Thierry
Vue de 3/4 avant droit de la borne Vauthier à Château-Thierry – (Photo © 2017 Eric Le Maître).

Les bornes réalisées par le sculpteur et ancien combattant de la Grande Guerre Paul Moreau-Vauthier (1871-1936) marquent la ligne de front telle qu’elle se présentait le 18 juillet 1918, de la Mer du Nord à la frontière suisse : environ 700 kilomètres, 97 bornes en France et 22 en Belgique.

Dans l’Aisne, nous en comptons une dizaine dont seules cinq environ subsistent ; les autres onté été détruites durant la seconde guerre mondiale.


Vue de 3/4 arrière droit de la borne Vauthier à Château-Thierry
Vue de 3/4 arrière droit de la borne Vauthier à Château-Thierry – (Photo © 2017 Eric Le Maître).

Pupitre historique de la borne Vauthier de Château-Thierry
Pupitre historique de la borne Vauthier à Château-Thierry – (Photo © 2017 Eric Le Maître).

« La ville de Château-Thierry aura dans l’histoire de la guerre un rôle presque aussi glorieux que Verdun. Verdun a marqué la borne où l’attaque allemande est venue se briser. Château-Thierry, après avoir marqué le terme de l’effort allemand au « Chemin des Dames », a été le point de départ de la victorieuse offensive ».
Citation des généraux Degoutte et Mangin.

Pour vous rendre sur le site …

La borne Vauthier de Château-Thierry se situe au bord de la marne, au niveau du rond-point faisant la jonction entre l’avenue de Soissons et l’avenue Jules lefebvre, en face du palais de Justice. Il y a de nombreux parkings à proximité de la borne Vauthier, vous n’aurez donc pas trop de problème pour garer votre véhicule.

Publié le

La Clairière et le Musée de l’Armistice (Compiègne – 60 – Oise)

Quelques photos du lieu …

A propos de la Clairière …

C’est en ces lieux sur la commune de Compiègne que fut signé le 11 novembre 1918 l’armistice qui mettait fin à la plus grande guerre de l’histoire.

La clairière n’existait pas mais seulement une futaie cachée aux vues aériennes de l’ennemi.

Les deux voies qui la traversaient, venaient d’un épi de tir relié à la gare de Rethondes et utilisé pour des pièces d’artillerie lourde à grande portée.

Sur l’une, fut amené le 8 novembre 1918 à l’aube, le train dans lequel les plénipotentiaires allemands , venus de La Capelle par la route, avaient pris place à Tergnier.

Sur l’autre, le train qui servait derrière les lignes de poste de commandement au Maréchal Foch.

Mieux que son quartier général, le calme de la forêt semblait assurer le recueillement propice à une telle rencontre.

La clairière fut aménagée et inaugurée en 1922 et le wagon installé en 1927, dans un abri musée jusqu’en juin 1940.

Au même emplacement qu’en 1918, le wagon accueillit les délégations allemande et française pour la signature de l’armistice le 22 juin 1940 mettant fin à la campagne de France.

A la fin du second conflit mondial (1939-1945) la clairière, les monuments et le musée furent remis en l’état de façon à perpétuer le souvenir de ce haut lieu historique.


Un char Renault FT 17 de 1918 dans la clairière de l'Armistice
Un char Renault FT 17 de 1918 exposé en extérieur juste devant l’entrée du musée de la Clairière de l’Armistice – (Photo © 2008 Eric Le Maître).

Char Renault FT 17 …

Devant l’entrée du musée de la Clairière de l’Armistice, on peut admirer un magnifique char Renault FT 17 de 1918. Sur une plaque apposée sur le socle surlquel repose le char, on peut lire l’inscription suivante :

1918 / CHAR RENAULT FT 17 / CAMP D’ENTRAINEMENT à CHAMPLIEU (60) / PREMIER ENGAGEMENT / 31 MAI 1918 / PLOISY – CHAZELLES – CHAUDUN (02) ».

Informations pratiques …

Adresse : Musée de l’Armistice – Route de Soissons – 60200 Compiègne

Téléphone et Fax : 03.44.85.14.18

Email : wagon.armistice@wanadoo.fr

Publié le

Le monument à l’armée française libératrice de l’Alsace-Lorraine (Compiègne – 60 – Oise)


Le monument à l'armée française libératrice de l'Alsace-Lorraine à Compiègne
Le monument à l’armée française libératrice de l’Alsace-Lorraine à Compiègne – (Photo © 2008 Eric Le Maître).

A propos du monument …

Le monument à l’armée française libératrice de l’Alsace-Lorraine est également appelé le monument « du Matin » ou encore « des Alsaciens-Lorrains ». Erigé en 1922 par le ferronnier d’art Edgar Brandt (1880-1960), il fut offert par le quotidien parisien « Le Matin » grâce à une souscription émise par le journal.
Le monument fut édifié au niveau de l’ancien carrefour forestier du Francport. Oeuvre en grès des Vosges, elle représente « l’aigle germanique » abattu par « le glaive français » pointé sur lui.


Plan rapproché du monument à l'armée française libératrice de l'Alsace-Lorraine à Compiègne
Plan rapproché du monument à l’armée française libératrice de l’Alsace-Lorraine – (Photo © 2008 Eric Le Maître).

Carte postale ancienne du monument du "Matin" dans la forêt de Compiègne
Carte postale ancienne du monument du « Matin » dans la forêt de Compiègne

Sur le monument on peut lire les inscriptions suivantes :

11 novembre / 1918 / 1914 / 1918 / Aux héroïques soldats de France / défenseurs de la patrie et du droit / Glorieux lébérateurs de l’Alsace et de la Lorraine ».


Le monument du matin photographié depuis la clairière de l'Armistice
Le monument « du matin » en arrière-plan photographié depuis la clairière de l’Armistice – (Photo © 2008 Eric Le Maître).

Sources …

La clairière de l’armistice – Le monument du Matin (www.14-18.oise.fr)

Liens utiles …

Edgar Brandt sur le site « fr.wikipedia.org »

Pour vous rendre sur le site …

Le Monument à l’armée française libératrice de l’Alsace-Lorraine se situe dans la forêt de Compiègne, en bordure de la D546 entre Rethondes et Compiègne. Il fait face à l’allée principale de la clairière de l’Armistice.

Publié le

Mémorial de la 3ème Division américaine (Château-Thierry – 02 – Aisne)

Quelques photos du lieu …

A propos du mémorial de la 3ème Division américaine …

Initialement place des Etats-Unis face à la M.A.F.A. (Maison de l’Amitié Franco Américaine), le mémorial de la 3ème division américaine est démoli en 1940. Les membres de l’association américaine de la 3ème division d’infanterie ont édifié ce nouveau monument, inauguré le 8 octobre 1961.

La 3ème division est créée en 1917 ; elle prend part aux combats de la seconde bataille de la Marne et contribue à la libération de Château-Thierry le 21 juillet 1918.

Grâce aux actions héroïques de ses soldats sur les champs de bataille, elle gagne ses titres de gloire – pour elle-même et pour la Force Expéditionnaire Américaine – et son nom « The Rock of the Marne » (Le Rocher de la Marne).

Elle combat pendant la seconde guerre mondiale en Afrique du Nord, en Italie, puis lors du débarquement en Provence ainsi qu’en France et en Allemagne.


Vue rapprochée des inscriptions du mémorial de la 3ème Division américaine à Château-Thierry
Vue rapprochée des inscriptions du mémorial de la 3ème Division américaine à Château-Thierry – (Photo © 2016 Eric Le Maître).

Sur la partie gauche du mémorial de la 3ème division US, on peut lire :

Marne Division / To the heroic deeds / of the third infantry division United States army / World War I / Aux exploits héroïques / de la troisième division d’infanterie américaine / Première Guerre Mondiale ”.

Sur la partie centrale du mémorial de la 3ème division US, on peut lire :

IN MEMORIAM / 1917 – 1918 / 1942 – 1945 ”.

Sur la partie droite du mémorial de la 3ème division US, on peut lire :

Marne Division / To the heroic deeds / of the third infantry division United States army / World War II / Aux exploits héroïques / de la troisième division d’infanterie américaine / Seconde Guerre Mondiale ”.


Carte postale de l'ancien monument de la 3ème Division américaine à Château-Thierry
Carte postale montrant l’ancien monument de la 3ème Division américaine situé place des Etats-Unis à Château-Thierry et détruit en 1940 – (Photo © 2016 Eric Le Maître).

L'avion devant le mémorial de la 3ème division américaine à Château-Thierry
Œuvre représentant un avion de la Grande Guerre située devant le mémorial de la 3ème division américaine à Château-Thierry – (Photo © 2016 Eric Le Maître).

Pour vous rendre sur le site …

Le mémorial de la 3ème division américaine se situe place Jean Moulin (grand parking), en bordure de l’avenue Jules Lefebvre et juste en face du monument Jean Moulin. Parking gratuit.

Publié le

Plaque commémorative des 5th et 6th US Marines Regiments (Sommepy-Tahure – 51 – Marne)


La plaque commémorative aux 5ème et 6ème Régiments de marines américains à Sommepy-Tahure
La plaque commémorative aux 5ème et 6ème Régiments de marines américains à Sommepy-Tahure – (Photo © 2007 Eric Le Maître).

A propos des 5ème et 6ème US Marines …

Les 5ème et 6ème régiments de Marines furent formé au camp militaire de Quantico (Virgine) en 1917. En octobre 1917, les régiments sont placés sous le commandement du général de brigade Charles E. Doyen avant d’être remplacé par le général Harbord au mois de mai 1918.

En 1918, les 5ème et 6ème régiments de Marines composent, avec le 6ème Machine Gun Battalion, la 4ème brigade d’infanterie de la 2ème division américaine.

Cette brigade participe activement à la bataille du bois Belleau et aux offensives sur Soissons et en Champagne. Pour ses faits d’armes au bois Belleau, la 4ème brigade est citée à l’ordre de l’Armée française le 22 octobre 1918 par le général Pétain.

En juin 1918, lors de la bataille pour le bois Belleau, la 4ème brigade de Marines est commandée par le général de brigade James G. Harbord.

En juin 1918, le 5ème régiment de Marines est commandé par le colonel Wendell C. Neville.

En juin 1918, le 6ème régiment de Marines est commandé par le colonel Albertus W. Catlin.

En juin 1918, le 6ème Machine Gun Battalion est commandé par le commandant Edward B. Cole.

Après la capitulation de l’armée allemande, la brigade participe à l’occupation de l’Allemagne.

La plaque commémorative porte l’inscription suivante :

Les 5e et 6e Régi- / ments de Marines / américains de la / 2e Division US / – Général J. LEJEUNE – / conquièrent le territoire / Nord de Sommepy et le / Blanc-Mont les 3 et 4-10-1918″.


Le "Boulder n°13" marque l'avancée de la 2ème division d'infanterie américaine au soir du 3 octobre 1918
Le « Boulder n°13 » marque l’avancée de la 2ème division d’infanterie américaine au soir du 3 octobre 1918 – (Photo © 2007 Eric Le Maître).

En France, on dénombre 24 « Boulders », ceux-ci marquent les différentes étapes de l’avancée de la 2ème division américaine lors des offensives de 1918.

Le boulder n°13 est situé aux pieds du talus de l’église Saint-Martin de Sommepy-Tahure, côté Ouest, il indique l’avancée de la 2nd US Division (général Lejeune) au soir du 3 octobre 1918.

Il est à noter que ce boulder semble avoir était déplacé de son emplacement initial (au lieu-dit « le Mont Roland »).


L’église de Sommepy-Tahure porte toujours les stigmates de la Grande Guerre
L’église de Sommepy-Tahure porte toujours les stigmates de la Grande Guerre – (Photo © 2007 Eric Le Maître).

Le portail Ouest de l'église Saint-Martin à Sommepy-Tahure après la Grande Guerre
Le portail Ouest de l’église Saint-Martin à Sommepy-Tahure après la Grande Guerre – (Author © 2010 G.Garitan – Source : commons.wikimedia.org).

L’église Saint-Martin fut incendiée le 2 septembre 1914 et seul le portail Ouest subsista. Reconstruite entre 1920 et 1931, elle fut inaugurée le 14 février 1931. L’église avait été classée au titre des monuments historiques en 1862.

De nos jours, il reste de nombreux stigmates des combats qui eurent lieu dans la commune durant la Grande Guerre. On peut notamment voir des impacts de balles sur la façade Ouest de l’église Saint-Martin.


Le portail Ouest de l'église Saint-Martin de Sommepy-Tahure
Le portail Ouest de l’église Saint-Martin de Sommepy-Tahure – (Photo © 2007 Eric Le Maître).

Impacts de balles sur la façade Ouest de l'église Saint-Martin à Sommepy-Tahure
Impacts de balles sur la façade Ouest de l’église Saint-Martin à Sommepy-Tahure – (Photo © 2007 Eric Le Maître).

Sources …

Sommepy-Tahure (fr.wikipedia.org)

Église Saint-Martin de Sommepy-Tahure (fr.wikipedia.org)

Boulders de la 2e U.S.D.I. (stenay-14-18.com)

La plaque commémorative aux 5ème et 6ème Régiments de marines américains à Sommepy-Tahure (www.cndp.fr)

Marine Corps Base Quantico (www.quantico.marines.mil)

Book : The United States Marine Corps in the World War for Edwin North McClellan, first edition published 1920.

Lien utile …

Sommepy-Tahure pendant la guerre 14-18.

Pour vous rendre sur le site …

Cette plaque est située sur le talus de l’église Saint-Martin de Sommepy-Tahure, rue du Roya (D20E7), à gauche de l’escalier qui mène à l’église par le côté Ouest.

Publié le

Monument du Général Mangin (Puiseux-en-Retz – 02 – Aisne)


Panneau indiquant le chemin du monument du général Mangin
Panneau indiquant le chemin du monument du général Mangin – (Photo © 2008 Eric Le Maître).

A propos du monument …

Au coeur la forêt de Retz à environ cinq kilomètres au nord de Villers-Cotterêts se trouve le monument du « général Mangin », érigé à l’endroit même où le génie de l’armée française avait construit une tour d’observation en vue de la grande contre-offensive alliée de l’été 1918.


Le monument du général Mangin
Le monument du général Mangin perdu au milieu de la Forêt de Retz – (Photo © 2008 Eric Le Maître).

C’est d’ici que le général Mangin dirigea l’attaque alliée du 18 juillet 1918.
Offensive décisive qui marqua pour les allemands la fin de leur espoir de victoire.

La tour d’observation du général Mangin s’écroula définitivement lors d’une tempête en octobre 1924. Pour en perpétuer le souvenir, On décida de construire un monument représentant l’observatoire dans son intégralité.


Vue rapprochée du monument du général Mangin
Vue rapprochée du monument du général Mangin – (Photo © 2008 Eric Le Maître).

Ce monument commémoratif en granite poli des Vosges, réalisé entre 1925 et 1926 par Mr Sauvanet, fut inauguré le 14 novembre 1926 au cours d’une grande et belle cérémonie qui réunissait notamment le maréchal Foch, sept généraux dont Gouraud et Weygand, des sénateurs, la mère, la femme et les quatre enfants du général Mangin (décédé l’année précédente).

Le monument porte l’inscription suivante :

Ici s’élevait / l’observatoire du haut duquel / le général Mangin / dirigea l’attaque du 18 juillet 1918 / qui força la victoire ».


Portrait du général Mangin
Photographie prise en 1915 du général Charles Mangin (1866-1925)(Source : gallica.bnf.fr).

Pour vous rendre sur le site …

Le monument du général Mangin est situé au lieu-dit la Tour Réaumont dans la forêt Domaniale de Retz. Prenez la D81 depuis Villers-Coterêts puis suivre le panneau « Tour d’observation du général Mangin ». Il faut tourner à droite juste après le monument du souvenir au « Rond de la Reine » et prendre la route forestière du Faite. Après 2 km de route, il faut s’arrêter et continuer à pied jusqu’au monument. Il n’y a de la place que pour stationner un seul véhicule.

Publié le

Monument du 27ème Bataillon de Chasseurs Alpins (Braye-en-Laonnois- 02 – Aisne)


Panneau indiquant le monument de la 27ème BCA à Braye-en-Laonnois
Panneau indiquant le monument de la 27ème BCA à Braye-en-Laonnois – (Photo © 2007 Eric Le Maître).

A propos du monument …

Ce monument rend hommage aux morts de la Grande Guerre, de 1939-1945 et aux résistants. Il est principalement dédié à la mémoire des morts de deux bataillons de Chasseurs Alpins, les 27ème et 67ème. Il fut érigé en 1947 à l’emplacement du PC du lieutenant Romieu, d’où il trouva la mort le 6 juin 1940.


Vue du monument de la 27ème BCA depuis l'entrée du site
Vue du monument de la 27ème BCA depuis l’entrée du site – (Photo © 2007 Eric Le Maître).

Le monument de la 27ème BCA vu de face
Une autre vue du monument de la 27ème BCA – (Photo © 2007 Eric Le Maître).

Historique des combats du 27ème BCA dans l’Aisne …

Aux abords du monument, on trouve affiché un petit historique des combats du 27ème BCA dans l’Aisne. En voici le récit complet :
« …Au cours de la guerre de 1914-1918, le 27ème BCA fut envoyé dans tous les secteurs du front. Dans l’Aisne en 1917 :
En avril, il attaque la tranchée de Lutzen (nom donné par les allemands à l’une de leurs positions).
Le 10 août, au Chemin des Dames, il repousse une terrible contre-attaque qui lui vaut sa quatrième citation, à l’ordre du Corps d’Armée.
En octobre, il attaque à Pargny-Filain, près du fort de la Malmaison, où il met en fuite l’ennemi.
En 1918, en août et septembre, au Sud-Ouest de Laon, il attaque le 31 août et prend des positions allemandes, sur la ligne Hindenburg, obtenant ainsi sa septième citation à l’ordre de l’armée.

Détenteur de 9 citations, il voyait son fanion décoré de la fouragère de la Légion d’Honneur. Le président du Conseil Georges Clémenceau tint à lui faire l’honneur d’une visite personnelle.

Les combats du 67ème BCA pendant la première guerre mondiale :
Constitué à la mobilisation générale le 2 août 1914, avec un encadrement actif provenant en grande partie du 27ème BCA, le 67ème se forma à Villefranche-sur-Mer. Après une courte période d’instruction et d’entraînement, il était embarqué dès le 21 à destination de nos frontières.
Pendant quatre ans, il fit preuve des plus belles qualités guerrières et se montra l’égal des bataillons actifs.
Le 13 août 1918, ses actions d’éclat lui avait fait décerner le titre de « troupe de choc incomparable ». Engagé dans tous les secteurs, sur la Somme, la Meuse, la Marne, l’Aisne, l’Alette, le Chemin des Dames, à Craonne, à la Malmaison, dans les Vosges, à Metzéral, au Reigchater, au Linge, à l’Hartman, il termina la campagne sur la Sambre en franchissant le canal tenu par des troupes d’élite allemandes, le 67ème titulaire de la fouragère verte, avait mérité au cours de la campagne 6 citations à l’ordre de la division, 3 citations à l’ordre du corps d’armée et 3 citations à l’ordre de l’armée.
En 1917, le 23 octobre, près de ce lieu, il enlève les positions d’entre deux monts et du ravin de Vaux dans le secteur de la Malmaison.
Le 25, il soutient une attaque sur Filain.
En août 1918, du 8 août au 17 septembre, il est engagé dans la région de Vauxaillon et se couvre à nouveau de gloire. »


A la mémoire de nos morts 1914-18 - 1939-45
« A la mémoire de nos morts 1914-18 – 1939-45 » – (Photo © 2007 Eric Le Maître).

Pour vous rendre sur le site …

Le monument des 27ème et 67ème Bataillons de Chasseurs Alpins se situe sur la commune de Braye-en-Laonnois. Pour vous rendre sur le site, vous devez suivre le Chemin des Dames (D18CD) puis prendre la direction de Ostel et suivre les panneaux indiquant « Monument du 27ème B.C.A. » ou « 27e B.C.A. ». Cette route se trouve entre la ferme de La Royère et celle de Malval. Attention au bout d’un bon kilomètre, vous devrez prendre un mauvais chemin de terre à sens unique, aucune possibilité de vous ranger sur le bas côté. Au bout de ce chemin, vous découvrirez un petit monticule aménagé avec un petit parking et une aire de pique-nique. Si le chemin de terre est en trop mauvais état lors de votre visite, nul doute que vous devrez finir le chemin à pied.