Publié par Un commentaire

Nécropole nationale militaire des Chesneaux (Château-Thierry – 02 – Aisne)

Quelques photos du lieu …

A propos de la nécropole nationale de Château-Thierry…

Créée en 1919 à l’emplacement d’un petit cimetière militaire américain provisoire, la nécropole nationale militaire des Chesneaux, grande d’une superficie de 9.480 m², témoigne de la reconnaissance nationale envers ceux qui sont morts au champ d’honneur en 1914-1918.

Elle regroupe les dépouilles de soldats tués principalement pendant la seconde bataille de la Marne en 1918 et provenant de cimetières provisoires du secteur de la vallée de la Marne et des environs (Belleau, Chapelle-Monthodon, Clignon, Cote 204, Jaulgonne, Marchais-en-Brie, Saint-Agnan, Tréloup, Vaux).


Ossuaire A de la nécropole nationale militaire des Chesneaux à Château-Thierry
Ossuaire A de la nécropole nationale militaire des Chesneaux à Château-Thierry – (Photo © 2009 Eric Le Maître).

La nécropole nationale militaire des Chesneaux à Château-Thierry dispose de deux ossuaires.

Sur l’ossuaire A, on peut lire :

OSSUAIRE A / Ici reposent / 355 INCONNUS / Parmi lesquels : / DUVAL LEON / Caporal télégraphiste – 137e R.I. / MILLAND FRANCIS / Classe 1917 – 7e B.G. / CAMTY JEAN – 356e R.I. ».


Ossuaire A de la nécropole nationale militaire des Chesneaux à Château-Thierry
Ossuaire B de la nécropole nationale militaire des Chesneaux à Château-Thierry – (Photo © 2009 Eric Le Maître).

Sur l’ossuaire B, on peut lire :

OSSUAIRE B / Ici reposent / 343 INCONNUS / Parmi lesquels : / LEVERNE RAYMOND / 18e B.C.P. / GUERILLON ADRIEN / 18e B.C.P. / FEVRIER ANDRE / 6e R.C. ».


Le Linceul oeuvre du sculpteur Achille Jacopin
« Le Linceul » oeuvre du sculpteur Achille Jacopin – (Photo © 2009 Eric Le Maître).

« Le linceul », monument aux morts sculpté par un artiste local Achille Jacopin, représente un grenadier de la Garde Impériale de Napoléon Ier tombé lors de la retraite de Russie en 1812 et partiellement enseveli sous la neige.


Plaque fixé sur le monument aux morts "Le Linceul"
« Le Linceul » – (Photo © 2009 Eric Le Maître).

Sur une plaque apposée sur le socle du monument « Le Linceul », on peut lire :

LE MONUMENT OFFERT A SA VILLE NATALE / PAR LE SCULPTEUR ACHILLE JACOPIN / A ETE ERIGE EN 1916″.


Le monument "Le Linceul" photographié de face
Le monument « Le Linceul » photographié de face et dans son ensemble – (Photo © 2009 Eric Le Maître).

Gros plan sur la partie haute du grenadier de la Garde Impériale
Gros plan sur la partie haute du grenadier de la Garde Impériale sculptée par Achille Jacopin – (Photo © 2009 Eric Le Maître).

Dans la nécropole sont inhumés 2.098 Français dont des Africains, ainsi que 9 soldats Britanniques et 4 Russes.

Deux soldats français morts pendant la seconde guerre mondiale sont également inhumés dans le cimetière militaire de Château-Thierry.


4 tombes de soldats britanniques enterrés parmi leurs frères d'armes français
Quatre tombes de soldats britanniques enterrés parmi leurs frères d’armes français – (Photo © 2009 Eric Le Maître).

La nécropole militaire de Château-Thierry à la particularité de réunir dans un seul lieu des militaires de plusieurs nationalités et de plusieurs confessions religieuses comme en témoigne les photographies ci-dessus et ci-dessous.


Tombe individuelle du militaire britannique F. Nuth décédé en mai 1918
Tombe individuelle du militaire britannique F. Nuth décédé en mai 1918 – (Photo © 2009 Eric Le Maître).

Sépulture de Souleymann Kaikoumana du 67e B.T.S.
Sépulture de Souleymann Kaikoumana du 67e B.T.S. – (Photo © 2009 Eric Le Maître).

Tombe de Pierre Joseph Colardeau, du 146ème R.I., mort pour la France le 6 juillet 1918
Tombe de Pierre Joseph Colardeau, du 146ème R.I., mort pour la France le 6 juillet 1918 – (Photo © 2009 Eric Le Maître).

Tombe de Salah Ben Amida Amara du 8ème Tirailleurs Indochinois
Tombe de Salah Ben Amida Amara du 8ème Tirailleurs Indochinois – (Photo © 2009 Eric Le Maître).

Tombe de Sun Van Nho du 12ème Tirailleurs sénégalais
Tombe de Sun Van Nho du 12ème Tirailleurs sénégalais – (Photo © 2009 Eric Le Maître).

Photographie de la nécropole nationale des Chesneaux prise après la guerre
Photographie de la nécropole nationale des Chesneaux prise après la guerre – (Source : gallica.bnf.fr).

Sources …

Nécropole française – Château-Thierry (www.picardie1418.com)

Château-Thierry (fr.wikipedia.org)

Lien utile …

Liste des soldats français inhumés dans ce cimetière.

Pour vous rendre sur le site …

La nécropole nationale militaire des Chesneaux est accolée à la fois à la D1 d’un côté et à la rue Léon Lhermitte de l’autre. Elle est également située en face du cimetière communal de Château-Thierry (rue Léon Lhermitte) devant lequel je vous recommande de vous garer si vous venez sur les lieux en voiture.

Publié par Laisser un commentaire

La colonne romaine commémorative de l’invasion allemande 1914-1918 à Château-Thierry (02 – Aisne)


La colonne romaine commémorative de l'invasion allemande 1914-1918 à Château-Thierry
La colonne romaine commémorative de l’invasion allemande 1914-1918 à Château-Thierry – (Photo © 2009 Eric Le Maître).

A propos de la colonne romaine …

La colonne romaine commémorative de l’invasion allemande 1914-1918 à Château-Thierry se trouve dans le jardin des Petits Prés dont l’entrée est située à l’extrémité Nord de la place du jeu de Paume.


Plan rapproché de la colonne romaine du jardin des Petits Prés à Château-Thierry
Plan rapproché de la colonne romaine du jardin des Petits Prés à Château-Thierry – (Photo © 2009 Eric Le Maître).

Gros plan sur l'inscription de la colonne romaine du jardin des Petits Prés à Château-Thierry
Gros plan sur l’inscription de la colonne romaine du jardin des Petits Prés à Château-Thierry – (Photo © 2009 Eric Le Maître).

Sur la colonne romaine est gravée l’inscription suivante :

INVASION / 1914-1918″.


Vue arrière de la colonne romaine du jardin des Petits Prés à Château-Thierry
Vue arrière de la colonne romaine du jardin des Petits Prés à Château-Thierry – (Photo © 2009 Eric Le Maître).

Sources …

Château-Thierry (fr.wikipedia.org)

Histoire de Château-Thierry (7) (omois.chez.com)

Publié par 2 commentaires

Le Monument des Basques – Chemin des Dames (Craonnelle – Aisne – 02)

Quelques photos du lieu …

A propos du monument …

Ce monument haut de 14 mètres est l’oeuvre de Mathieu Forest (architecte) et Claude Grange (sculpteur), tous les deux sont eux-mêmes d’anciens combattants de la Grande Guerre. Il fut inscrit au titre des monuments historiques en 2003 et restauré en 1967.

De nos jours, on trouve sur le site deux pupitres et quatre panneaux d’informations destinés aux visiteurs.


Le monument des Basques vu de face
Sculpture représentant un basque en costume traditionnel portant le regard sur les bords sud du plateau du Chemin des Dames – (Photo © 2007 Eric Le Maître).

Une oeuvre surprenante …

Empreint d’un fort régionalisme, le Monument des Basques est dû à l’initiative des anciens combattants du sud-ouest de la France. Les souscriptions publiques et les subventions des communes basques et landaises ont financé sa construction.

Le monument est inauguré le 30 septembre 1928. Plus de 500 Landais et Basques, anciens combattants, veuves ou orphelins de guerre, ont fait le voyage pour y assister.


Le défilé des anciens combattants devant le monument des Basques
Le défilé des anciens combattants devant le monument des Basques.

Douleur et recueillement lors de l’inauguration du monument des Basques
Douleur et recueillement lors de l’inauguration du monument des Basques.

La 36ème Division d’Infanterie au Chemin des Dames …

Cette division est en majorité composée de mobilisés originaires des Landes, des Hautes et Basses Pyrénées. Elle combat à plusieurs reprises sur le Chemin des Dames, et fait figure de division martyre, en raison de l’importance des pertes qu’elle subit dans la défense ou l’attaque de positions difficiles, notamment entre Hurtebise et Craonne et sur le plateau de Californie. En septembre 1914, la 36ème DI tente de conserver les positions françaises sur la crête du Chemin des Dames, mais en vain.

Du 4 au 6 mai 1917, elle prend d’assaut le plateau de Californie et réussit à l’occuper. Les pertes sont tells que deux brigades doivent être supprimées, faute d’effectifs. Après une courte période de repos, la 36ème DI remonte en ligne, et subit une forte contre-attaque allemande les 3 et 4 juin 1917. De retour sur le Chemin des Dames le 15 septembre 1918, elle attaque dans le secteur d’Allemant. Les combats font rage jusqu’à la retraite des Allemands en deçà de l’Ailette, en octobre 1918.


Plaque commémorative en mémoire des combattants du 49ème RI
Plaque commémorative en mémoire des combattants du 49ème RI – (Photo © 2007 Eric Le Maître).

Une plaque commémorative a été apposée au pied de la sculpture représentant un basque en costume traditionnel.

Elle porte l’inscription suivante :

Aux vaillants / combattants français / du 49ème R.I. / tombés à Gozée, le 23-08-1914 / pour la défense de la justice / et de la liberté. / Les groupements patriotiques / de Gozée, / Le 8 mai 1960″.


Détails de la face latérale Ouest
Détails de la face latérale Ouest du monument des Basques – (Photo © 2007 Eric Le Maître).

Sur la face Ouest du monument, on peut lire les inscriptions suivantes :

12ème R.I. Tarbes / 34ème R.I. Mont de Marsan ».

18ème R.I. Pau / 49ème R.I. Bayonne ».


Détails de la face latérale Est
Détails de la face latérale Est du monument des Basques – (Photo © 2007 Eric Le Maître).

Sur la face Est du monument, on peut lire les inscriptions suivantes :

218ème R.I. de Pau ».

14ème R.A. de Tarbes ».

249ème R.I. Bayonne ».


Face Nord du monument des Basques
Face Nord du monument des Basques – (Photo © 2007 Eric Le Maître).

Sur la face Nord du monument, on peut lire l’ inscription suivante :

À la gloire /
de la /
36ème division d’Inf. /
Qui prit une part glorieuse /
à toutes les batailles de la / Guerre 1914-1918 /
Charleroi – Guise /
Marne – Craonne /
Août 1914 – Avril 1916 /
Verdun – Argonne /
Somme – 1916 /
Craonne – Alsace /
Champagne-1917 /
Montdidier – Courcelles /
Chemin des Dames /
Laonnois 1918 /
En mémoire /
des combats qu’elle livra /
sur ce plateau /
Craonne – Vauclerc /
Hurtebise (septembre 1914) /
Les Creutes (25 janvier 1915) /
Craonne – Californie /
Mai-Juin 1917 /
Monument élevé par /
souscription publique sur /
l’initiative des A.C. de la /
division /
Inauguré /
le 30 septembre 1928 /
sous la présidence du /
général Mittelhausser ».


Les différents commandants de la 36ème DI durant la Grande Guerre
Face Nord du monument des Basques – Plaque mentionnant les noms des différents commandants de la 36ème DI durant la Grande Guerre – (Photo © 2007 Eric Le Maître).

Toujours sur la face Nord du monument, on peut lire l’inscription suivante sur une plaque située sous la première stèle :

La 36ème DI fut commandée par / Général Jouanic 1914 / Général Paquette 1916-1917 / Général Bertin 1914 / Général Mittelhauser 1918 / Général Lestoquois 1915″.

Pour vous rendre sur le site …

Le monument des Basques se situe sur la commune de Craonnelle. Pour s’y rendre, prenez la D18 (Chemin des Dames) depuis Craonnelle en prenant la direction de Bouconville-Vauclair. Le site est clairement indiqué (Monument des Basques). Le parking est gratuit.

Publié par Laisser un commentaire

Le Plateau de Californie – Chemin des Dames (Craonne – 02 – Aisne)

Quelques photos du lieu …

A propos du plateau de Californie …

Comme l’ensemble du plateau du Chemin des Dames, le plateau de Craonne était cultivé en 1914. A partir de l’automne 1914, il est occupé et fortifié par les Allemands qui lui donnent le nom de Winterberg (montagne d’hiver).

Du 16 avril à l’été 1917, lieu d’attaques incessantes et de contre-attaques, le plateau de Craonne est de plus en plus désigné dans les communiqués militaires français sous les noms de « Plateau de Californie » pour la partie Est et de « Plateau des Casemates » pour la partie face à l’ancien moulin de Vauclair (emplacement actuel de la statue de Napoléon).


Le réseau des tranchées sur le Plateau de Californie en octobre 1917
Le réseau des tranchées sur le Plateau de Californie en octobre 1917.

Après la prise du fort de La Malmaison par les troupes françaises le 25 octobre 1917, les Allemands évacuent leurs positions le 2 novembre au matin pour se replier sur les hauteurs au Nord de la vallée de l’Ailette. Sur le rebord du plateau de Californie, l’ancienne tranchée allemande de deuxième ligne devient la première ligne française.


Le paysage au lendemain de la guerre avant l’intervention des Eaux et Forêts
Le plateau de Californie au lendemain de la guerre avant l’intervention des Eaux et Forêts.

A la fin de la guerre, les terrains son si bouleversés que l’Etat a préféré les exproprier car le coût de remise en culture y était jugé trop élevé. Boisés, principalement en épicéas, ils sont alors intégrés à la forêt domaniale de Vauclair.


Vestige d'une tranchée de la Grande Guerre
Vestige d’une tranchée de la Grande Guerre sur le plateau de Californie – (Photo © 2007 Eric Le Maître).

Expropriés après la guerre, les terrains de l’ancien champ de bataille ont été remis en 1931 à l’Administration des Eaux et Forêts (actuel Office National des Forêts).

Ils ont été sommairement nettoyés des ferrailles et projectiles qui s’y trouvaient avant d’être boisés. La forêt a donc préservé en partie le paysage bouleversée par la guerre, en fossilisant en quelque sorte les tranchées et les trous d’obus.


Vestiges de tranchées sur le plateau de Californie
Vestiges de tranchées sur le plateau de Californie – (Photo © 2007 Eric Le Maître).

Pour vous rendre sur le site …

Le Plateau de Californie se trouve en bordure de la D18CD (Chemin des Dames) sur la commune de Craonne. Le parking est gratuit et le site est ouvert aux visites toute l’année.

Publié par 3 commentaires

Monument du souvenir au « Rond de la Reine » (Villers-Cotterêts – 02 – Aisne)


Le monument du souvenir au Rond de la Reine à Villers-Cotterêts
Le monument du souvenir au « Rond de la Reine » à Villers-Cotterêts – (Photo © 2008 Eric Le Maître).

A propos du monument …

Dans la forêt de Retz, entre Villers-Cotterêts et Puiseaux-en-Retz, sur le bord de la D811, on trouve un monument du souvenir au lieu-dit « au rond de la Reine ». Une oeuvre de J. Sauvanet, orné d’une sculpture de François Sicard, inauguré en septembre 1922.


Vue rapprochée du monument du souvenir au Rond de la Reine
Vue rapprochée du monument du souvenir au « Rond de la Reine » – (Photo © 2008 Eric Le Maître).

Côté route, le monument porte l’inscription suivante :

Passant / Arrête-toi ».


Inscription en anglais au dos du monument du souvenir au Rond de la Reine
Inscription en anglais au dos du monument du souvenir au « Rond de la Reine » – (Photo © 2008 Eric Le Maître).

Sur la face cachée du monument depuis la route, on peut lire une inscription en anglais , dont voici la traduction :

En l’honneur des officiers et soldats des Grenadiers Guards, des Coldstreams Guards et des Gardes irlandais qui tombèrent à cet endroit le 1er Septembre 1914.

Ce mémorial a été placé ici par la mère de l’un d’entre eux, le sous-lieutenant George-Edward CECIL, tombé à l’âge de 18 ans ».

Pour vous rendre sur le site …

Le monument du « Rond de la Reine » est situé dans la forêt Domaniale de Retz. Prenez la D81 depuis Villers-Coterêts en direction de Vivières. Il se trouve à gauche de la route juste avant le croisement entre la D81 et la route forestière du Faite. Il n’y a pas de place de parking dédié mais vous pouvez facilement vous garer sur la bas-côté de la route.

Publié par 3 commentaires

Monument du Général Mangin (Puiseux-en-Retz – 02 – Aisne)


Panneau indiquant le chemin du monument du général Mangin
Panneau indiquant le chemin du monument du général Mangin – (Photo © 2008 Eric Le Maître).

A propos du monument …

Au coeur la forêt de Retz à environ cinq kilomètres au nord de Villers-Cotterêts se trouve le monument du « général Mangin », érigé à l’endroit même où le génie de l’armée française avait construit une tour d’observation en vue de la grande contre-offensive alliée de l’été 1918.


Le monument du général Mangin
Le monument du général Mangin perdu au milieu de la Forêt de Retz – (Photo © 2008 Eric Le Maître).

C’est d’ici que le général Mangin dirigea l’attaque alliée du 18 juillet 1918.
Offensive décisive qui marqua pour les allemands la fin de leur espoir de victoire.

La tour d’observation du général Mangin s’écroula définitivement lors d’une tempête en octobre 1924. Pour en perpétuer le souvenir, On décida de construire un monument représentant l’observatoire dans son intégralité.


Vue rapprochée du monument du général Mangin
Vue rapprochée du monument du général Mangin – (Photo © 2008 Eric Le Maître).

Ce monument commémoratif en granite poli des Vosges, réalisé entre 1925 et 1926 par Mr Sauvanet, fut inauguré le 14 novembre 1926 au cours d’une grande et belle cérémonie qui réunissait notamment le maréchal Foch, sept généraux dont Gouraud et Weygand, des sénateurs, la mère, la femme et les quatre enfants du général Mangin (décédé l’année précédente).

Le monument porte l’inscription suivante :

Ici s’élevait / l’observatoire du haut duquel / le général Mangin / dirigea l’attaque du 18 juillet 1918 / qui força la victoire ».


Portrait du général Mangin
Photographie prise en 1915 du général Charles Mangin (1866-1925)(Source : gallica.bnf.fr).

Pour vous rendre sur le site …

Le monument du général Mangin est situé au lieu-dit la Tour Réaumont dans la forêt Domaniale de Retz. Prenez la D81 depuis Villers-Coterêts puis suivre le panneau « Tour d’observation du général Mangin ». Il faut tourner à droite juste après le monument du souvenir au « Rond de la Reine » et prendre la route forestière du Faite. Après 2 km de route, il faut s’arrêter et continuer à pied jusqu’au monument. Il n’y a de la place que pour stationner un seul véhicule.

Publié par Laisser un commentaire

La ferme d’Hurtebise (Bouconville-Vauclair – 02 – Aisne)

Quelques photos du lieu …

A propos d’Hurtebise …

Avant la première guerre mondiale, la ferme d’Hurtebise était une ancienne ferme cistercienne dépendante de l’abbaye de Vauclair.

La ferme, totalement détruite lors des combats de la Grande Guerre (Elle fut incendiée lors des affrontements de septembre 1914), fut reconstruire presque à l’identique après la guerre.

Napoléon Ier passa la nuit la veille de la bataille de Craonne (7 mars 1814) dans l’ancienne ferme. Il est à noter que deux boulets de cette bataille sont posés comme ornements sur les piliers de la portail d’entrée.

On s’est également battu autour de cette ferme en mai 1940, une autre plaque commémorative apposée sur l’un des murs de la ferme nous le rappel…

Pour vous rendre sur le site …

La ferme d’Hurtebise est situé en face du monument des Marie-Louise et des Bleuets au croisement de la D886 et de la D18CD.

Publié par Laisser un commentaire

Plaque commémorative du 4ème régiment de Zouaves à la ferme d’Hurtebise (Bouconville-Vauclair – 02 – Aisne)


Plaque commémorative à la gloire du 4ème régiment de Zouaves vainqueur des combats de la ferme d'Hurtebise en 1914 et 1917
Ferme d’Hurtebise – Plaque commémorative à la gloire du 4ème régiment de Zouaves vainqueur des combats de 1914 et 1917 – (Photo © 2007 Eric Le Maître).

A propos de la plaque commémorative …

Le 4ème régiment de Zouaves combattit dans le secteur de la ferme d’Hurtebise le 16 septebre 1914 avant d’y revenir dans la nuit du 17 au 18 avril 1917.

On trouve un autre monument à la gloire du 4ème régiment de Zouaves en face de la caverne du Dragon.

La plaque commémorative porte l’inscription suivante :

A la gloire / du 4e régiment de Zouaves / vainqueur des combats / de 1914 et 1917 / contre la Garde Impériale allemande / à la ferme d’Hurtebise ».

Pour vous rendre sur le site …

La plaque commémorative du 4ème régiment de Zouaves est apposée sur le mur de la ferme d’Hurtebise situé en face du monument des Marie-Louise et des Bleuets en bordure de la D886.