Publié le

Le monument à la mémoire du Régiment d’Infanterie Coloniale du Maroc (R.I.C.M.) (Chavignon – 02 – Aisne)


Le monument à la mémoire du Régiment d'Infanterie Coloniale du Maroc
Le monument à la mémoire du Régiment d’Infanterie Coloniale du Maroc – (Photo © 2007 Eric Le Maître).

A propos du monument …

Ce monument est situé sur la commune de Chavignon en bordure de la D.18CD (Chemin des Dames), peu avant le fort de la Malmaison, en venant de la N2 reliant Soissons à Laon.

Il fut inauguré le 8 juillet 1934.

Le régiment d’infanterie coloniale du Maroc …

Le monument a été érigé en hommage au courage du régiment d’infanterie coloniale du Maroc qui, à lui seul, s’empare, le 23 octobre 1917, des carrières de la Bohéry puis les lignes de tranchées du chemin des Dames avant d’atteindre tous ses autres objectifs en capturant au passage 950 prisonniers dont 14 officiers, 10 canons de gros calibres et un nombreux matériel de guerre. Ce régiment était commandé par le lieutenant-colonel Debailleul.


La plaque commémorative du monument du RICM
La plaque commémorative du monument à la mémoire du RICM – (Photo © 2007 Eric Le Maître).

La plaque commémorative porte l’inscription suivante :

Le général commandant la 6ème armée cite à l’ordre de l’armée le régiment d’infanterie coloniale du maroc.

Ordre général n°529 du 13 novembre 1917

Régiment d’élite sous l’énergique commandement du lieutenant-colonel Debailleul a, le 23 octobre 1917, par une manoeuvre audacieuse difficile et remarquablement exécutée, encerclé et enlevé de haute lutte les carrières de la Bohéry, s’est emparé ensuite des lignes de tranchées du Chemin des Dames que la garde prussienne avait l’ordre de défendre à tout prix, puis progressant encore sous un feu violent d’artillerie et de mitrailleuses sur une profondeur de plus de deux kilomètres et demi malgré des pertes sensibles, a atteint avec un entrain admirable tous les objectifs, infligeant à l’ennemi de lourdes pertes, capturant 950 prisonniers dont 14 officiers, 10 canons, de 8 de gros calibre, et un nombreux matériel de guerre. Signé : Maistre

Publié le

Monument Commémoratif de la Butte de Chalmont (Oulchy-le-Château – 02 – Aisne)

Quelques photos du lieu …

A propos du monument …

Ce monument, dit « Les Fantômes » commémorant la victoire de la deuxième bataille de la Marne par les alliés, se dresse majestueusement sur la butte de Chalmont à près de 155 mètres d’altitude. Financé grâce à une souscription nationale, il rend hommage aux soldats tombés pour la France lors des combats de 1918.

Cette oeuvre, haute de huit mètres, du sculpteur Paul Landowski (1875-1961), commencée en 1919, fut inaugurée le 21 juillet 1935 par le Président de la République, Albert Lebrun.


La France et le bouclier aux trois déesses : liberté, égalité, fraternité
La France et le bouclier aux trois déesses : liberté, égalité, fraternité – En arrière plan, les fantômes – (Photo © 2007 Eric Le Maître).

Les fantômes sont au nombre de huit, ils ont tous les yeux clos et ils représentent une jeune recrue, un sapeur, un mitrailleur, un grenadier, un colonial, un fantassin, un aviateur et le spectre de la mort sortant de son linceul.


Les huit fantômes du monument de la butte de Chalmont
Les huit fantômes du monument de la butte de Chalmont – (Photo © 2007 Eric Le Maître).

Sur la photographie ci-dessous, on peut observer les quatre séries d’escaliers qui séparent la statue de la France et les huit fantômes, ils symbolisent les quatre années de guerre du premier conflit mondial.


Les quatre escaliers pour quatre années de guerre
Quatre séries d’escaliers pour quatre années de guerre entre 1914 et 1918 – (Photo © 2007 Eric Le Maître).

A droite et à gauche de la statue représentant la France, on trouve deux grandes stèles qui relatent les événements de 1918.

Celle de gauche est à la mémoire des officiers, sous-officiers et soldats, vainqueurs des dures journées du 15 juillet au 4 août 1918, annonciatrices de la délivrance, de la victoire et de la paix…


Seconde stèle du monument de la butte de Chalmont
Stèle à la mémoire des officiers, sous-officiers et soldats qui ont combattu du 15 juillet au 4 août 1918 – (Photo © 2007 Eric Le Maître).

Celle de droite, relate les opérations militaires :

« Le 15 juillet 1918, l’ennemi engage la bataille en Champagne contre les IVème, Vème et VIème armées – Le 17, ses efforts sont brisés de Château-Thierry à l’Argonne. A l’aube du 18 juillet, entre Nouvron et la Marne, les Xème et Vème armées s’élancent à l’assaut sur le flanc de l’ennemi, atteignent le soir le front Pernant-Torcy, progressent sans arrêt les jours suivants et enlèvent la butte de Chalmont (25 et 26 juillet), succès décisif qui repousse l’ennemi sur les plateaux du tardenois. Il tente en vain de résister au nord de l’Ourcq – combats du Grand-Rozoy – il est rejeté sur la Vesle. Soissons est délivré, 30.000 prisonniers et un matériel considérable sont capturés. Le front est raccourci de 50 km, la voie Paris-Chalons rétablie, la menace contre Paris levée. Après trois semaines de durs combats, auxquels participèrent des divisions américaines, britanniques et italiennes, la seconde bataille de la Marne se terminait victorieusement. L’initiative des opérations passait aux mains des alliés »


Première stèle du monument de la butte de Chalmont
Stèle relatant les événements survenus entre le 15 juillet et le 4 août 1918 – (Photo © 2007 Eric Le Maître).

Paul Landowski et Les Fantômes :

Les Fantômes, sculpture monumentale érigée sur la Butte Chalmont près d’Oulchy-le-Château (Aisne), est l’une des œuvres majeures de Paul Landowski.
Le sculpteur français d’origine polonaise (1875-1961), célèbre depuis qu’il a obtenu le Grand Prix de Rome en 1900 pour son David combattant Goliath, achève, dès 1923, un plâtre de la future œuvre. Il représente sept soldats d’armes différentes et en leur sein un jeune homme nu, héros sacrifié, s’élevant vers le ciel. Il rappelle la souffrance des hommes précipités dans la guerre.
Cette préfiguration de l’œuvre de commande qui doit commémorer la 2e bataille de la Marne est saluée par la critique. L’artiste et les commanditaires se mettent alors en quête d’un emplacement pour l’élévation du monument. La Butte Chalmont est choisie en 1927 en dépit du peu d’enthousiasme du sculpteur. La collaboration avec l’architecte Jean Taillens finira par convaincre ce dernier de l’intérêt du site.
Les Fantômes sont sculptés en granit rose “pierre d’éternité” et inaugurés en 1935 par le président Lebrun. Au pied du site, une statue de La France, également signée Landowski, arbore un bouclier sur lequel sont sculptés la Liberté, l’Egalité et la Fraternité.
Hasard de l’histoire, c’est à la Butte Chalmont qu’en 1968 Charles de Gaulle prononcera une allocution lors de son dernier voyage comme président de la République.


Paul Landowski en 1932
Le sculpteur français Paul Landowski en 1932 – (Source : Wikimedia Commons).

Inauguration du monument de la butte de chalmont en 1935
Inauguration du monument de la butte de chalmont le 21 juillet 1935 par le Président de la République Albert Lebrun – Journal Le Matin n°18750 du lundi 22 juillet 1935 – (Source : gallica.bnf.fr).

Sources …

Monument national de la seconde bataille de la Marne : (fr.wikipedia.org)

Paul Landowski et Les Fantômes : (www.chemindesdames.fr)

Pour en savoir davantage sur le sculpteur français Paul Landowski : (fr.wikipedia.org)

Pour vous rendre sur le site…

Que vous partiez de Château-Thierry ou de Soissons, prenez la D1 en direction d’Oulchy-le-Château. Quittez la D1 en suivant les panneaux indiquant « Les Fantômes de Landowski ». Vous devrez donc suivre la D22 en direction de Beugneux. Arrivé à environ 500 mètres de ce village, vous serez amené à tourner et à prendre la D229 en direction de Wallée, toujours en suivant les panneaux indiquant « Les Fantômes de Landowski ». L’entrée est libre et le parking est gratuit.

Publié le

Cimetière Militaire Américain Oise-Aisne (Seringes-et-Nesles – 02 – Aisne)

Quelques photos du lieu …

A propos du cimetière …

Le cimetière américain de Oise-Aisne est le deuxième (en terme de nombre de sépultures) des cimetières militaires de la Première Guerre mondiale en Europe.

Dans cette nécropole reposent les corps de 6.012 victimes de guerre des Etats-Unis d’Amérique, tombées au cours de la Première Guerre mondiale. La plupart périrent au cours des combats dans les environs, au nord de la rivière (l’Aisne) et au-delà. De plus, les noms de 241 soldats dont les corps ne furent pas retrouvés ou identifiés sont inscrits sur les murs de la chapelle. Une rosette en bronze est apposée près des noms des disparus dont les corps furent retrouvés ultérieurement et 597 stèles indiquent les tombes de soldats « inconnus ».


Des pierres tombales et le mémorial du cimetière américain Oise-Aisne
Alignement de pierres tombales et en arrière-plan le mémorial du cimetière américain Oise-Aisne à Seringes-et-Nesles – (Photo © 2007 Eric Le Maître).

La construction et l’entretien du cimetière, d’une superficie de plus de 15 hectares, sont sous la responsabilité de la Commission des monuments de guerre américains, une agence gouvernementale des Etats-Unis.

La libre disposition du terrain a été gracieusement concédée, à perpétuité, par le peuple français.


Tombe d'un caporal américain au cimetière américain Oise-Aisne
Sépulture de Jackson R. Tardy, caporal au 38e Infantery 3e Division, tué le 23 juillet 1918 – (Photo © 2007 Eric Le Maître).

Une stèle de marbre blanc désigne chaque tombe, une étoile de David pour les combattants de confession israélite et une croix latine pour tous les autres.


Le cimetière américain Oise-Aisne vu depuis le mémorial
Le cimetière américain Oise-Aisne vu depuis le mémorial – (Photo © 2007 Eric Le Maître).

Le poète américain Joyce Kilmer, tué le 30 juillet 1918 à l’âge de 31 ans par un sniper allemand d’une balle dans la tête, est enterré dans le cimetière américain Oise-Aisne. La République française lui décerna la Croix de guerre à titre posthume.


Le poète américain Joyce kilmer en 1918
Le poète américain Joyce kilmer en tenue de sergent du 165e régiment d’infanterie en 1918 – (Source : Wikimedia Commons).

Sources …

Cimetière militaire américain Oise-Aisne de Seringes-et-Nesles : (fr.wikipedia.org)

Pour en savoir davantage sur le poète américain Joyce Kilmer : (fr.wikipedia.org) et (en.wikipedia.org)

Liens utiles …

Site officiel du Cimetière militaire américain Oise-Aisne de Seringes-et-Nesles

Pour vous rendre sur le site…

Depuis Château-Thierry, prenez la D1 en direction de Soissons puis la D4 en direction de Bézu-Saint-Germain. A Bézu, prenez la direction d’Epieds par la D4 puis par la D967. A Epieds, prenez la direction de Beauvardes par la D967. A Beauvardes, prenez la direction de Fère-en-Tardenois toujours par la D967. A Fère, prenez la D2 en direction de Seringes-et-Nesles. Au croisement avec la D795 prenez la direction Nesles toujours par la D2. Le cimetière américain est à environ 900 mètres de ce croisement. Entrée libre et parking gratuit.

Informations pratiques …

Adresse : Oise Aisne American Cemetery – Chemin départemental 2 – 02130 – Seringes-et-Nesles

Téléphone : 03.23.82.21.81

Fax : 03.23.82.53.30

Email : oise-aisne@abmc.gov

Heures d’ouverture : 9h00 à 17h00 tous les jours sauf le 1er janvier.

Publié le

Le Cimetière militaire allemand de Belleau (Belleau – 02 – Aisne)

Quelques photos du lieu …

A propos du cimetière …

Ce cimetière se situe à quelques centaines de mètres de son homologue américain de Belleau, à son approche on ne peut que constater une différente de contraste flagrante, autant celui des soldats américains est vaste, haut en couleur et magnifiquement fleuri, autant celui des allemands est beaucoup moins vaste et plutôt sobre.

Le cimetière militaire allemand de Belleau fut aménagé en 1922 par les autorités militaires françaises afin de regrouper les dépouilles de soldats disséminées sur 123 communes entre le Chemin-des-Dames et la Marne.

Les soldats inhumés dans ce cimetière ont pour beaucoup perdu la vie lors des batailles du bois de Belleau et de la Marne en 1918. Mais on y trouve également les sépultures de soldats morts en captivité ou encore de soixante-dix soldats tués pendant la première bataille de la Marne pendant les mois de septembre et octobre 1914.


Ici reposent des soldats allemands de la guerre 1914-1918
« Ici reposent des soldats allemands de la guerre 1914-1918 » – Cimetière allemand de Belleau – (Photo © 2007 Eric Le Maître).

Dans ce cimetière militaire reposent 8.625 allemands tombés au cours de la guerre 1914-1918.


Cimetière militaire allemand à Belleau
Bloc contenant le registre du cimetière militaire allemand de Belleau – (Photo © 2007 Eric Le Maître).

Dans une tombe commune reposent 4.321 militaires allemands de la Première Guerre mondiale, 3.847 sont restés inconnus.


Sépultures juives et chrétiennes du cimetière allemand de belleau
Sépultures juives et chrétiennes du cimetière allemand de belleau – (Photo © 2007 Eric Le Maître).

Dans le cimetière allemand de Belleau, on peut observer une quinzaine de tombes de soldats juifs comme celle de la photographie ci-dessus. Le haut de la pierre tombale est arrondie et une étoile de David y a été gravé.


Sépulture commune de deux soldats allemands tombés en juillet 1918
Une sépulture commune de deux soldats allemands tombés en juillet 1918 – (Photo © 2007 Eric Le Maître).

Pour vous rendre sur le site …

Depuis Château-Thierry, prendre la D1003 (avenue de Paris) en direction de Meaux et de la Ferté-sous-Jouarre. Devant l’entrée du monument américain de la cote 204, prendre la D9 à droite en direction de Belleau. Le cimetière militaire allemand se situe non loin du cimetière américain, il faut continuer sur la D9 en direction de Torcy-en-Valois en suivant le panneau « Deutscher soldatenfriedhof 1914-18 Belleau ». Il n’y pas de parking à proprement parler mais il y a tout de même de la place pour se garer en voiture sur la pelouse au bord de la route.

Publié le

Le Cimetière Américain d’Aisne-Marne (Belleau – 02 – Aisne)

Quelques photos du lieu …

A propos du cimetière …

Le cimetière américain d’Aisne-Marne est situé au pied de la colline sur laquelle se dresse le bois Belleau, où nombre de ceux qui sont inhumés dans le cimetière ont perdu la vie. Ici reposent les corps de 2.289 victimes de guerre des Etats-Unis d’Amérique, tombées au cours de la Première Guerre Mondiale. La plupart ont trouvé la mort durant l’été 1918, lors des combats du Bois Belleau, ainsi que dans la vallée de la Marne.

De plus, les noms de 1.060 soldats dont les corps ne furent pas retrouvés ou identifiés sont inscrits sur les murs de la chapelle. Une rosette en bronze est apposée près des noms des disparus dont les corps furent retrouvés ultérieurement et 251 stèles indiquent les tombes de soldats « inconnus ».


La Chapelle du cimetière américaine Aisne-Marne à Belleau
La Chapelle du cimetière américain Aisne-Marne à Belleau – (Photo © 2007 Eric Le Maître).

La construction et l’entretien de cette nécropole, d’une superficie de plus de 17 hectares, sont sous la responsabilité de la Commission des monuments de guerre américains, une agence gouvernementale des Etats-Unis d’Amérique. La libre disposition du terrain a été gracieusement concédée, à perpétuité, par le peuple français.


Le drapeau américain flotte au dessus des sépultures de soldats tombés en 1918
Le drapeau américain flotte au dessus des sépultures de soldats tombés en 1918 – (Photo © 2007 Eric Le Maître).

Après la Première Guerre Mondiale, la Commission des monuments de guerre américains érigea une chapelle du souvenir dans chacun des huit cimetières militaires américains en Europe, ainsi que onze monuments commémoratifs sur les champs de bataille. Le monument de Château-Thierry est situé à 7,2 km à l’Est, au sommet de la colline surplombant Château-Thierry; le monument du Bois Belleau est adjacent au cimetière, derrière la chapelle commémorative.


Le cimetière américain du bois Belleau en 1920
Le cimetière américain du bois Belleau en 1920 – (Source : gallica.bnf.fr).

A l’issue de la Deuxième Guerre Mondiale, quatorze cimetières militaires américains furent aménagés en terre étrangère. Chacun comprend un mémorial où des cartes retracent les faits d’armes des Forces Armées des Etats-Unis d’Amérique dans cette région.

Les sépultures des cimetières des Première et Deuxième Guerres mondiales représentent approximativement 39 % des sépultures initiales. Les dépouilles mortelles des autres victimes furent rapatriées à la demande de leurs proches. Une stèle de marbre blanc désigne chaque tombe : une étoile de David pour les combattants de confession israélite et une croix latine pour tous les autres. Les noms des soldats portés disparus qui périrent dans la région sont inscrits dans chacun des cimetières.


Sépulture à Belleau du lieutenant Weeden E. Osborne, tué le 6 juin 1918, il reçut la médaille d 'honneur à titre posthume.
Sépulture au cimetière de Belleau du lieutenant Weeden E. Osborne, tué le 6 juin 1918 et décoré de la médaille d’honneur à titre posthume – (Photo © 2007 Eric Le Maître).

La Commission des monuments de guerre américains a également la charge de deux cimetières en Amérique Latine, dernières demeures des Américains tués pendant la guerre de 1847 et de ceux qui participèrent à la construction et à l’exploitation du canal de Panama.

Un conservateur de nationalité américaine dirige chaque cimetière. Un personnel anglophone est disponible pour informer et assister les visiteurs durant les heures d’ouverture.

Pour vous rendre sur le site …

Depuis Château-Thierry, prendre la D1003 (avenue de Paris) en direction de Meaux et de la Ferté-sous-Jouarre. Devant l’entrée du monument américain de la cote 204, prendre la D9 à droite en direction de Belleau. L’entrée du cimetière américain Aisne-Marne se situe en face de l’église du village de Belleau. L’entrée, le parking et la visite sans guide sont gratuits. Les visites guidées sur réservation sont également gratuites.

Informations pratiques …

Adresse : Cimetière Américain Aisne-Marne – 02400 – Belleau

Téléphone : 03.23.70.70.90

Fax : 03.23.70.70.94

Email : aisne-marne@abmc.gov

Heures d’ouverture : Ouvert tous les jours de 9h00 à 17h00

Jours de fermeture : Les 25 décembre et 1er janvier

Publié le

Bataille du bois Belleau – 1er au 26 juin 1918 (Belleau – 02 – Aisne)

Quelques photos du lieu …

Un peu d’histoire…
Le 27 mai 1918, les Allemands déclenchent une vaste offensive sur un front d’une cinquantaine de kilomètres entre Reims et Noyon. 30 divisions participent à cette attaque.

L’avancée allemande est fulgurante et dans la soirée du 28 mai, ils entrent à Soissons.

Les jours suivants, la marche en avant est cependant bloqué devant Château-Thierry par l’héroïque résistance des troupes françaises et américaines. Le pont de la ville qui enjambe la Marne est dynamité par le génie français.

Dès lors, les Allemands obliquent en direction du nord-ouest de Château-Thierry et s’emparent de la cote 204 qui domine la vallée de la Marne, ils y placent rapidement leur artillerie.

Le 2 juin, les Allemands prennent possession des villages de Belleau, Torcy-en-Vallois, Bussiares et Bouresches malgré la résistance farouche des troupes françaises.

Dans ces circonstances, la 2ème division d’infanterie américaine du général Bundy est transporté en urgence en train et par camions sur Montreuil-aux-Lions à une quinzaine de kilomètres à l’ouest de Château-Thierry.

Le 3 juin, toute la 2ème division est positionnée en face des Allemands sur une ligne de 7 kilomètres s’étalant de Marigny-en-Orxois et le hameau de Thiolet en passant par Lucy-le-Bocage, à proximité du Bois Belleau.

Le même jour, les Allemands attaquent la partie gauche du dispositif américain mais ils sont refoulé avec des pertes importantes. Le 4 juin, toute la 2ème division américaine est au contact de l’ennemi et l’avance allemande est définitivement endigué.

En apprenant la présence de troupes américaines dans le secteur de Château-Thierry, le commandement allemand opte pour une stratégie qui aura le but d’infliger un maximum de dégâts à ces nouveaux adversaires.

De leur côté, les américains se fixent l’objectif de reprendre certaines positions importantes récemment capturé par les Allemands. Les combats sont alors des plus violents car aucun des deux camps ne veut céder le moindre centimètre de terrain à son ennemi.

Dans la nuit du 5 au 6 juin, la 4ème brigade des Marines du général Harbord et le 23ème régiment d’infanterie américaine montent en ligne à leur tour pour contre-attaquer et reprendre en premier lieu le bois Belleau.


Pont sur la Marne à Château-Thierry détruit par le génie français
Pont sur la Marne à Château-Thierry détruit par le génie français en 1918 – Photo : (www.arac51.com/).

Evolution du front lors de la bataille du bois Belleau du 5 au 25 juin 1918
Evolution du front lors de la bataille du bois Belleau du 5 au 25 juin 1918 – (Infographie © 2016 Eric Le Maître).

Battre en retraite, mais nous venons juste d’arriver !

Au soir du 5 juin, les derniers combattants français de la 43ème division d’infanterie qui avaient pour mission de retarder au maximum l’avancée allemande, battent en retraite et traversent la ligne tenue par les Américains. A la ferme des Mares, un major français ordonne à un capitaine d’une compagnie de Marines de le suivre et de battre en retraite à son tour. Le capitaine Lloyd Williams lui répond alors ces quelques mots qui vont devenir célèbres aux Etats-Unis : « Battre en retraite, mais nous venons juste d’arriver ! ». Cette phrase sera bientôt reprise par beaucoup d’hommes politiques et d’officiers américains.


Carte de l'attaque du bois Belleau le 6 juin 1918
Carte de l’attaque du bois Belleau le 6 juin 1918 par les Marines américains – (Photo © 2008 Eric Le Maître).

L’attaque du 5ème régiment de Marines …

A 3h45 du matin du 6 juin 1918, les Marines et leurs alliés français lancèrent une attaque pour s’emparer de la cote 142, une petite colline qui surplombe la ville de Torcy. Sur un front de 800 mètres se trouvaient au coude à coude le 1er bataillon du 5ème régiment, sur le flanc gauche, et le 3ème bataillon du 5ème régiment sur le flanc droit de la Brigade des Marines. Dans le courant de l’attaque, des trous se formèrent dans les lignes alliées. Le 1er Bataillon du 5ème régiment vit bientôt son flanc exposé aux allemands et essuya un feu intense des nids de mitrailleuses. Surmontant des pertes énormes, le bataillon atteignit son objectif à 7h00. Le restant de la journée se passa à repousser les nombreuses contre-attaques allemandes, à tenir les positions et à prendre les marques d’une des batailles les plus ardentes de l’US Marine Corps.


Les ruines de l'ancien pavillon de chasse du bois Belleau
Les ruines de l’ancien pavillon de chasse du bois Belleau – (Photo © 2008 Eric Le Maître).

Le 6ème régiment de Marines attaque à son tour …

Le 6 juin 1918 à midi, les Marines reçurent l’ordre de s’emparer de la ville de Bouresches et de conquérir le secteur Sud du bois Belleau. A 5h00, le 6ème Régiment de Marines entama sa progression sur 400 mètres dans un champ de blé mur. Lorsqu’il fut à découvert, les mitrailleuses allemandes ouvrirent le feu. En dépit de pertes considérables, le 6ème Régiment de Marines captura Bouresches, et une petite partie du Bois de Belleau. Cette action, couplée avec celle de la cote 142, devait jalonner les contours de l’une des batailles les plus ardentes auxquelles devait participer l’US Marine Corps dans son histoire.


La brigade marine américaine au bois Belleau
La brigade marine américaine au bois Belleau, le 8 juin 1918. Dessin de Georges Scott (1873-1943), publié dans le magazine « Illustrations » – (Source : Wikimedia Commons).

L’assaut de la partie Sud du bois Belleau …

Le 8 juin 1918, les Marines du 6ème régiment reçurent pour mission de s’emparer de la partie Sud du bois Belleau. Mésestimant le volume des forces allemandes dans cette portion de bois, ils déclenchèrent un assaut sans appui pour saisir leur objectif. Ce premier assaut fut repoussé par des allemands solidement retranchés. Les 24 heures suivantes permirent d’élaborer un plan d’emploi des armées combinées pour enlever l’objectif. A 4h30 le 10 juin, des éléments du 6ème régiment de Marines, appuyés directement par leur bataillon de mitrailleuses, ils lancèrent l’assaut. Après deux heures d’un combat intense et acharné, l’objectif était enlevé.


Bois Belleau en 1918
Bois Belleau en 1918 – (Source : gallica.bnf.fr).

L’assaut de la partie Ouest du bois Belleau …

Le 11 juin 1918, les éléments du 5ème régiment de Marines lancèrent avant l’aube un assaut dans la partie Ouest du bois Belleau pour établir le contact avec le 6ème régiment. Ce plan ne devait pas survivre à la bruùe, à la tourmente, à la confusion et au chaos des armes. Les Marines perdant tout repère furent exposés à un feu nourri des mitrailleuses et des fusils allemands. En dépit de pertes énormes, d’un feu d’artillerie intense avec usage des gaz, ils parvinrent à se réorganiser et à reprendre la poussée. La bataille se désagrégea en un combat de sections, de groupes et finalement d’homme à homme, qui vit les Marines enlever l’un après l’autre les nids de mitrailleuses, à la bayonnette et au corps à corps. Après des heures d’un combat acharné, le 5ème régiment de Marines perçait à la lisière Nord du bois.


bois-belleau-en-1923
En arrière plan, le bois Belleau photographié en 1923 – (Source : gallica.bnf.fr).

Le bois Belleau tombe aux mains des Marines …

Le 23 juin 1918, après un court repos, la Brigade des Marines reprit son attaque pour s’emparer des derniers arpents du bois Belleau encore tenus par l’ennemi. A 7h00 du soir, quatre compagnies du 5ème régiment donnaient l’assaut. Les Allemands, fermement retranchés et appuyés par des mitrailleuses, les repoussèrent. Au prix de 104 nouvelles pertes et au terme de 5 heures de combat, les Marines se retrouvèrent sur leur base de départ.

Le 25 juin, ils attaquaient à nouveau. Après un pilonnage d’artillerie de 14 heures, ils franchissent les bases de départ. La farouche résistance allemande s’effondra finalement devant la férocité de l’attaque. A 11h30 du soir, le bois Belleau était sous contrôle allié et entrait à jamais dans l’histoire de l’US Marine Corps.

Les troupes engagées dans la bataille …

Etats-Unis

2ème division d’infanterie :
2ème régiment du génie.
5ème régiment de Marines, 1er et 3ème bataillons.
6ème régiment de Marines, 1er bataillon.
9ème régiment d’infanterie.
23ème régiment d’infanterie.
4ème brigade des Marines.

3ème division d’infanterie :
7ème régiment d’infanterie.

Empire allemand

10ème division d’infanterie

28ème division d’infanterie :
40ème régiment de fusiliers marins.

87ème division d’infanterie :
347ème régiment d’infanterie.

197ème division d’infanterie :
461ème régiment d’infanterie.

237ème division d’infanterie

Les pertes des belligérants …

Américains : 1.811 morts – 7.966 blessés.

Allemands : Nombre de morts inconnu – Plusieurs milliers de blessés – 1600 prisonniers.

Sources …

Bataille du bois Belleau (fr.wikipedia.org)

Magazine Tranchée n°15, 2013, p. 34, Le sacrifice des Marines au Bois Belleau, Mathieu Geagea.

Livre(s) sur le sujet …

Chateau Thierry & Belleau Wood 1918: The AEF’s baptism of fire on the Marne, livre en anglais, David Bonk, Osprey Publishing, 2007.
Livre disponible sur le site Amazon.fr.

Liens utiles …

Site officiel de la ville de Château-Thierry

Musée de la Mémoire de Belleau 1914-1918

Pour vous rendre sur le site …

Depuis Château-Thierry, prendre la D1003 (avenue de Paris) en direction de Meaux et de la Ferté-sous-Jouarre. Devant l’entrée du monument américain de la cote 204, prendre la D9 à droite en direction de Belleau. A l’entrée du village de Belleau, prendre la petite route à gauche en face de l’église en direction de Bouresches et suivre « Belleau Wood ». Le parking est gratuit.

Publié le

Le Monument Américain de la Cote 204 (Château-Thierry – 02 – Aisne)


Le Panneau indiquant l'entrée du monument américain de la cote 204 à Château-Thierry
Le panneau indiquant l’entrée du monument américain de la cote 204 à Château-Thierry – (Photo © 2007 Eric Le Maître).

Un peu d’histoire…
Entre les mois de mai et juin 1918, l’armée allemande lance une vaste offensive sur la Marne, c’est la « seconde bataille de la Marne ».
Les troupes allemandes attaquent et s’emparent sans coup férir de nombreuses localités évacuées par la presque totalité de leurs habitants avant d’atteindre finalement la Marne en juin 1918…


Soldats américains en position à la cote 204 près de Château-Thierry
Soldats américains en position à la cote 204 près de Château-Thierry – (Source : www.randonner.fr)

Les pertes subies par les troupes alliées engagées dans les combats sont immenses. Les hôpitaux militaires débordent de blessés de tout genre.
Toute la région est dévastée, le centre ville et les différents quartiers (Courteau, Saint-Martin, Vincelles…) de Château-Thierry sont pilonnés par l’artillerie puis dévastés par les combats de rues.
Essômes-sur-Marne (Sud de Château-Thierry) et ses hameaux, Bouresches, Brasles et tous les villages environnants sont transformés en champ de ruines.
Beaucoup de valeureux soldats américains (les summies) sont victimes des combats.

Le monument… Son histoire.
Peu de temps après la guerre, les autorités américaines décident la construction d’un grand monument commémoratif dans la région de Château-Thierry.


Entrée du Monument américain de la cote 204 au bord de la N3
Entrée du Monument américain de la cote 204 au bord de la N3 – (Photo © 2007 Eric Le Maître).

Le site choisi est la cote 204 où se déroulèrent de violents combats en juillet 1918. Ce site, très visible, domine la vallée de la Marne et l’agglomération. De plus, c’est à cet endroit qu’a eu lieu, le 18 juillet 1920, la cérémonie de remise de la Croix de la Légion d’Honneur à la ville de Château-Thierry.


Entrée du Monument américain de la cote 204
Entrée du Monument américain de la cote 204 – (Photo © 2007 Eric Le Maître).

Le projet est confié à l’architecte franco-américain, Paul (Philippe) Cret (né à Lyon le 21-10-1876 et mort à Philadelphie le 8-09-1945).


Paul Philippe Cret (architecte)
Paul Philippe Cret (architecte)

Il crée une immense colonnade double à la fois sobre et imposante implantée sur une majestueuse terrasse paysagère.
Dimensions de la colonnade :
Longueur : 62 mètres, Largeur : 3,80 mètres, hauteur : 21 mètres.
L’inauguration officielle eut lieu le jeudi 7 octobre 1937.


Colonnade double du monument américain de la cote 204
Colonnade double du monument américain de la cote 204 – (Photo © 2007 Eric Le Maître).

Deux statues colossales, la France et l’Amérique main dans la main …


Monument de la cote 204 - La France et l'Amérique main dans la main
La France et l’Amérique main dans la main – (Photo © 2007 Eric Le Maître).

… et l’aigle des USA occupent les faces Est et Ouest du monument.


L'aigle des USA du monument de la cote 204
L’aigle des USA – (Photo © 2007 Eric Le Maître).

Des inscriptions en anglais et en français évoquent les différents combats et rendent hommage aux soldats américains tombés pendant la guerre.

Pour vous rendre sur le site…

L’entrée se situe au niveau du carrefour entre la D1003 (avenue de Paris, direction Meaux en sortant de Château-Thierry) à environ 3 km à l’Ouest de Château-Thierry et la D9 à environ 5 km au sud d’Etrépilly et à 7 km de Belleau. Ensuite, suivez une petite route sur environ 1,2 km jusqu’au parking gratuit.

Informations pratiques …

Adresse : Château-Thierry Monument Hill 204 – Memorial hill 204 – 02400 – Château-Thierry

Téléphone : 03.23.70.70.90

Fax : 03.23.70.70.94

Email : aisne-marne@abmc.gov

Heures d’ouverture : 9h00 à 20h00

Publié le

Bienvenue sur le site Guerre 1914-1918


Vienne-le-Château ossuaire de la Gruerie

Bienvenue !

Passionné d’histoire militaire depuis de très longues années, je ne peux pas m’empêcher de prendre en photo tout ce qui touche de près ou de loin à ma passion dès lors que suis de sortie.

Même si je possède surtout beaucoup de clichés des lieux de mémoires du Premier Empire (1804-1815), j’en possède également beaucoup sur ceux de la Première Guerre Mondiale, notamment du « Chemin des Dames », des champs de bataille de la Marne, de Champagne ou encore de la Somme.

Je vais donc les mettre en ligne sur ce site pour vous en faire profiter. Dans la mesure du possible, ils seront accompagné d’articles et de cartes pour une plus grande compréhension des événements.

J’ai également ajouter une boutique au site pour vous permettre d’acquérir facilement et sans grande recherche les livres et autres DVD présenté ou évoqué dans mes articles. Vos achats s’effectueront sur les sites marchands partenaires (Amazon.fr).

N’hésitez pas à m’écrire pour quoi que ce soit (message personnel, échange de liens, renseignements divers, Etc.) et à commenter les différents articles.

Cordialement à tous,

Eric Le Maître