Publié par 11 commentaires

Le cimetière militaire allemand de Belleau (Belleau – 02 – Aisne)

Quelques photos du lieu …

A propos du cimetière …

Ce cimetière se situe à quelques centaines de mètres de son homologue américain de Belleau, à son approche on ne peut que constater une différente de contraste flagrante, autant celui des soldats américains est vaste, haut en couleur et magnifiquement fleuri, autant celui des allemands est beaucoup moins vaste et plutôt sobre.

Le cimetière militaire allemand de Belleau fut aménagé en 1922 par les autorités militaires françaises afin de regrouper les dépouilles de soldats disséminées sur 123 communes entre le Chemin-des-Dames et la Marne.

Les soldats inhumés dans ce cimetière ont pour beaucoup perdu la vie lors des batailles du bois de Belleau et de la Marne en 1918. Mais on y trouve également les sépultures de soldats morts en captivité ou encore de soixante-dix soldats tués pendant la première bataille de la Marne pendant les mois de septembre et octobre 1914.


Ici reposent des soldats allemands de la guerre 1914-1918
« Ici reposent des soldats allemands de la guerre 1914-1918 » – Cimetière allemand de Belleau – (Photo © 2007 Eric Le Maître).

Dans ce cimetière militaire reposent 8.625 allemands tombés au cours de la guerre 1914-1918.


Cimetière militaire allemand à Belleau

Bloc contenant le registre du cimetière militaire allemand de Belleau – (Photo © 2007 Eric Le Maître).

Dans une tombe commune reposent 4.321 militaires allemands de la Première Guerre mondiale, 3.847 sont restés inconnus.


Sépultures juives et chrétiennes du cimetière allemand de belleau

Sépultures juives et chrétiennes du cimetière allemand de belleau – (Photo © 2007 Eric Le Maître).

Dans le cimetière allemand de Belleau, on peut observer une quinzaine de tombes de soldats juifs comme celle de la photographie ci-dessus. Le haut de la pierre tombale est arrondie et une étoile de David y a été gravé.


Sépulture commune de deux soldats allemands tombés en juillet 1918

Une sépulture commune de deux soldats allemands tombés en juillet 1918 – (Photo © 2007 Eric Le Maître).

Visitez le champ de bataille du bois de Belleau grâce à notre guide 14-18

Image de la couverture du guide du champ de bataille du bois de Belleau juin 1918

23 lieux de mémoire ou monuments à découvrir, 2 cartes et 9 plans en couleur, 25 photographies, 1 fichier PDF à télécharger de 16 pages en couleur aux dimensions A4, exclusivité guerre1914-1918.fr – Prix : 3,85 €.
Moyens de paiement disponibles : Paypal et carte bancaire, chèque et virement bancaire.


Pour vous rendre sur le site …

Depuis Château-Thierry, prendre la D1003 (avenue de Paris) en direction de Meaux et de la Ferté-sous-Jouarre. Devant l’entrée du monument américain de la cote 204, prendre la D9 à droite en direction de Belleau. Le cimetière militaire allemand se situe non loin du cimetière américain, il faut continuer sur la D9 en direction de Torcy-en-Valois en suivant le panneau « Deutscher soldatenfriedhof 1914-18 Belleau ». Il n’y pas de parking à proprement parler mais il y a tout de même de la place pour se garer en voiture sur la pelouse au bord de la route.

Publié par 11 commentaires

Le Cimetière Américain Aisne-Marne (Belleau – 02 – Aisne)

Quelques photos du lieu …

A propos du cimetière …

Le cimetière américain Aisne-Marne est situé au pied de la colline sur laquelle se dresse le bois Belleau, où nombre de ceux qui sont inhumés dans le cimetière ont perdu la vie. Ici reposent les corps de 2.289 victimes de guerre des Etats-Unis d’Amérique, tombées au cours de la Première Guerre Mondiale. La plupart ont trouvé la mort durant l’été 1918, lors des combats du Bois Belleau, ainsi que dans la vallée de la Marne.

De plus, les noms de 1.060 soldats dont les corps ne furent pas retrouvés ou identifiés sont inscrits sur les murs de la chapelle. Une rosette en bronze est apposée près des noms des disparus dont les corps furent retrouvés ultérieurement et 251 stèles indiquent les tombes de soldats « inconnus ».


La Chapelle du cimetière américaine Aisne-Marne à Belleau
La Chapelle du cimetière américain Aisne-Marne à Belleau – (Photo © 2007 Eric Le Maître).

La construction et l’entretien de cette nécropole, d’une superficie de plus de 17 hectares, sont sous la responsabilité de la Commission des monuments de guerre américains, une agence gouvernementale des Etats-Unis d’Amérique. La libre disposition du terrain a été gracieusement concédée, à perpétuité, par le peuple français.


Le drapeau américain flotte au dessus des sépultures de soldats tombés en 1918

Le drapeau américain flotte au dessus des sépultures de soldats tombés en 1918 – (Photo © 2007 Eric Le Maître).

Après la Première Guerre Mondiale, la Commission des monuments de guerre américains érigea une chapelle du souvenir dans chacun des huit cimetières militaires américains en Europe, ainsi que onze monuments commémoratifs sur les champs de bataille. Le monument de Château-Thierry est situé à 7,2 km à l’Est, au sommet de la colline surplombant Château-Thierry; le monument du Bois Belleau est adjacent au cimetière, derrière la chapelle commémorative.


Le cimetière américain du bois Belleau en 1920

Le cimetière américain du bois Belleau en 1920 – (Source : gallica.bnf.fr).

A l’issue de la Deuxième Guerre Mondiale, quatorze cimetières militaires américains furent aménagés en terre étrangère. Chacun comprend un mémorial où des cartes retracent les faits d’armes des Forces Armées des Etats-Unis d’Amérique dans cette région.

Les sépultures des cimetières des Première et Deuxième Guerres mondiales représentent approximativement 39 % des sépultures initiales. Les dépouilles mortelles des autres victimes furent rapatriées à la demande de leurs proches. Une stèle de marbre blanc désigne chaque tombe : une étoile de David pour les combattants de confession israélite et une croix latine pour tous les autres. Les noms des soldats portés disparus qui périrent dans la région sont inscrits dans chacun des cimetières.


Sépulture à Belleau du lieutenant Weeden E. Osborne, tué le 6 juin 1918, il reçut la médaille d 'honneur à titre posthume.

Sépulture au cimetière de Belleau du lieutenant Weeden E. Osborne, tué le 6 juin 1918 et décoré de la médaille d’honneur à titre posthume – (Photo © 2007 Eric Le Maître).

La Commission des monuments de guerre américains a également la charge de deux cimetières en Amérique Latine, dernières demeures des Américains tués pendant la guerre de 1847 et de ceux qui participèrent à la construction et à l’exploitation du canal de Panama.

Un conservateur de nationalité américaine dirige chaque cimetière. Un personnel anglophone est disponible pour informer et assister les visiteurs durant les heures d’ouverture.


Visitez le champ de bataille du bois de Belleau grâce à notre guide 14-18

Image de la couverture du guide du champ de bataille du bois de Belleau juin 1918

23 lieux de mémoire ou monuments à découvrir, 2 cartes et 9 plans en couleur, 25 photographies, 1 fichier PDF à télécharger de 16 pages en couleur aux dimensions A4, exclusivité guerre1914-1918.fr – Prix : 3,85 €.
Moyens de paiement disponibles : Paypal et carte bancaire, chèque et virement bancaire.


Pour vous rendre sur le site …

Depuis Château-Thierry, prendre la D1003 (avenue de Paris) en direction de Meaux et de la Ferté-sous-Jouarre. Devant l’entrée du monument américain de la cote 204, prendre la D9 à droite en direction de Belleau. L’entrée du cimetière américain Aisne-Marne se situe en face de l’église du village de Belleau. L’entrée, le parking et la visite sans guide sont gratuits. Les visites guidées sur réservation sont également gratuites.

Informations pratiques …

Adresse : Cimetière Américain Aisne-Marne – 02400 – Belleau

Téléphone : 03.23.70.70.90

Fax : 03.23.70.70.94

Email : aisne-marne@abmc.gov

Heures d’ouverture : Ouvert tous les jours de 9h00 à 17h00

Jours de fermeture : Les 25 décembre et 1er janvier

Publié par 4 commentaires

Bataille du bois Belleau – 1er au 26 juin 1918 (Belleau – 02 – Aisne)

Quelques photos du lieu …

Un peu d’histoire…
Le 27 mai 1918, les Allemands déclenchent une vaste offensive sur un front d’une cinquantaine de kilomètres entre Reims et Noyon. 30 divisions participent à cette attaque.

L’avancée allemande est fulgurante et dans la soirée du 28 mai, ils entrent à Soissons.

Les jours suivants, la marche en avant est cependant bloqué devant Château-Thierry par l’héroïque résistance des troupes françaises et américaines. Le pont de la ville qui enjambe la Marne est dynamité par le génie français.

Dès lors, les Allemands obliquent en direction du nord-ouest de Château-Thierry et s’emparent de la cote 204 qui domine la vallée de la Marne, ils y placent rapidement leur artillerie.

Le 2 juin, les Allemands prennent possession des villages de Belleau, Torcy-en-Vallois, Bussiares et Bouresches malgré la résistance farouche des troupes françaises.

Dans ces circonstances, la 2ème division d’infanterie américaine du général Bundy est transporté en urgence en train et par camions sur Montreuil-aux-Lions à une quinzaine de kilomètres à l’ouest de Château-Thierry.

Le 3 juin, toute la 2ème division est positionnée en face des Allemands sur une ligne de 7 kilomètres s’étalant de Marigny-en-Orxois et le hameau de Thiolet en passant par Lucy-le-Bocage, à proximité du Bois Belleau.

Le même jour, les Allemands attaquent la partie gauche du dispositif américain mais ils sont refoulé avec des pertes importantes. Le 4 juin, toute la 2ème division américaine est au contact de l’ennemi et l’avance allemande est définitivement endigué.

En apprenant la présence de troupes américaines dans le secteur de Château-Thierry, le commandement allemand opte pour une stratégie qui aura le but d’infliger un maximum de dégâts à ces nouveaux adversaires.

De leur côté, les américains se fixent l’objectif de reprendre certaines positions importantes récemment capturé par les Allemands. Les combats sont alors des plus violents car aucun des deux camps ne veut céder le moindre centimètre de terrain à son ennemi.

Dans la nuit du 5 au 6 juin, la 4ème brigade des Marines du général Harbord et le 23ème régiment d’infanterie américaine montent en ligne à leur tour pour contre-attaquer et reprendre en premier lieu le bois Belleau.


Pont sur la Marne à Château-Thierry détruit par le génie français
Pont sur la Marne à Château-Thierry détruit par le génie français en 1918 – Photo : (www.arac51.com/).

Evolution du front lors de la bataille du bois Belleau du 5 au 25 juin 1918

Evolution du front lors de la bataille du bois Belleau du 5 au 25 juin 1918 – (Infographie © 2016 Eric Le Maître).

Battre en retraite, mais nous venons juste d’arriver !

Au soir du 5 juin, les derniers combattants français de la 43ème division d’infanterie qui avaient pour mission de retarder au maximum l’avancée allemande, battent en retraite et traversent la ligne tenue par les Américains. A la ferme des Mares, un major français ordonne à un capitaine d’une compagnie de Marines de le suivre et de battre en retraite à son tour. Le capitaine Lloyd Williams lui répond alors ces quelques mots qui vont devenir célèbres aux Etats-Unis : « Battre en retraite, mais nous venons juste d’arriver ! ». Cette phrase sera bientôt reprise par beaucoup d’hommes politiques et d’officiers américains.


Carte de l'attaque du bois Belleau le 6 juin 1918

Carte de l’attaque du bois Belleau le 6 juin 1918 par les Marines américains – (Photo © 2008 Eric Le Maître).

L’attaque du 5ème régiment de Marines …

A 3h45 du matin du 6 juin 1918, les Marines et leurs alliés français lancèrent une attaque pour s’emparer de la cote 142, une petite colline qui surplombe la ville de Torcy. Sur un front de 800 mètres se trouvaient au coude à coude le 1er bataillon du 5ème régiment, sur le flanc gauche, et le 3ème bataillon du 5ème régiment sur le flanc droit de la Brigade des Marines. Dans le courant de l’attaque, des trous se formèrent dans les lignes alliées. Le 1er Bataillon du 5ème régiment vit bientôt son flanc exposé aux allemands et essuya un feu intense des nids de mitrailleuses. Surmontant des pertes énormes, le bataillon atteignit son objectif à 7h00. Le restant de la journée se passa à repousser les nombreuses contre-attaques allemandes, à tenir les positions et à prendre les marques d’une des batailles les plus ardentes de l’US Marine Corps.


Les ruines de l'ancien pavillon de chasse du bois Belleau

Les ruines de l’ancien pavillon de chasse du bois Belleau – (Photo © 2008 Eric Le Maître).

Le 6ème régiment de Marines attaque à son tour …

Le 6 juin 1918 à midi, les Marines reçurent l’ordre de s’emparer de la ville de Bouresches et de conquérir le secteur Sud du bois Belleau. A 5h00, le 6ème Régiment de Marines entama sa progression sur 400 mètres dans un champ de blé mur. Lorsqu’il fut à découvert, les mitrailleuses allemandes ouvrirent le feu. En dépit de pertes considérables, le 6ème Régiment de Marines captura Bouresches, et une petite partie du Bois de Belleau. Cette action, couplée avec celle de la cote 142, devait jalonner les contours de l’une des batailles les plus ardentes auxquelles devait participer l’US Marine Corps dans son histoire.


La brigade marine américaine au bois Belleau

La brigade marine américaine au bois Belleau, le 8 juin 1918. Dessin de Georges Scott (1873-1943), publié dans le magazine « Illustrations » – (Source : Wikimedia Commons).

L’assaut de la partie Sud du bois Belleau …

Le 8 juin 1918, les Marines du 6ème régiment reçurent pour mission de s’emparer de la partie Sud du bois Belleau. Mésestimant le volume des forces allemandes dans cette portion de bois, ils déclenchèrent un assaut sans appui pour saisir leur objectif. Ce premier assaut fut repoussé par des allemands solidement retranchés. Les 24 heures suivantes permirent d’élaborer un plan d’emploi des armées combinées pour enlever l’objectif. A 4h30 le 10 juin, des éléments du 6ème régiment de Marines, appuyés directement par leur bataillon de mitrailleuses, ils lancèrent l’assaut. Après deux heures d’un combat intense et acharné, l’objectif était enlevé.


Bois Belleau en 1918

Bois Belleau en 1918 – (Source : gallica.bnf.fr).

L’assaut de la partie Ouest du bois Belleau …

Le 11 juin 1918, les éléments du 5ème régiment de Marines lancèrent avant l’aube un assaut dans la partie Ouest du bois Belleau pour établir le contact avec le 6ème régiment. Ce plan ne devait pas survivre à la brume, à la tourmente, à la confusion et au chaos des armes. Les Marines perdant tout repère furent exposés à un feu nourri des mitrailleuses et des fusils allemands. En dépit de pertes énormes, d’un feu d’artillerie intense avec usage des gaz, ils parvinrent à se réorganiser et à reprendre la poussée. La bataille se désagrégea en un combat de sections, de groupes et finalement d’homme à homme, qui vit les Marines enlever l’un après l’autre les nids de mitrailleuses, à la baïonnette et au corps à corps. Après des heures d’un combat acharné, le 5ème régiment de Marines perçait à la lisière Nord du bois.


bois-belleau-en-1923

En arrière plan, le bois Belleau photographié en 1923 – (Source : gallica.bnf.fr).

Le bois Belleau tombe aux mains des Marines …

Le 23 juin 1918, après un court repos, la Brigade des Marines reprit son attaque pour s’emparer des derniers arpents du bois Belleau encore tenus par l’ennemi. A 7h00 du soir, quatre compagnies du 5ème régiment donnaient l’assaut. Les Allemands, fermement retranchés et appuyés par des mitrailleuses, les repoussèrent. Au prix de 104 nouvelles pertes et au terme de 5 heures de combat, les Marines se retrouvèrent sur leur base de départ.

Le 25 juin, ils attaquaient à nouveau. Après un pilonnage d’artillerie de 14 heures, ils franchissent les bases de départ. La farouche résistance allemande s’effondra finalement devant la férocité de l’attaque. A 11h30 du soir, le bois Belleau était sous contrôle allié et entrait à jamais dans l’histoire de l’US Marine Corps.

Les troupes engagées dans la bataille …

Etats-Unis

2ème division d’infanterie :
2ème régiment du génie.
5ème régiment de Marines, 1er et 3ème bataillons.
6ème régiment de Marines, 1er bataillon.
9ème régiment d’infanterie.
23ème régiment d’infanterie.
4ème brigade des Marines.

3ème division d’infanterie :
7ème régiment d’infanterie.

Empire allemand

10ème division d’infanterie

28ème division d’infanterie :
40ème régiment de fusiliers marins.

87ème division d’infanterie :
347ème régiment d’infanterie.

197ème division d’infanterie :
461ème régiment d’infanterie.

237ème division d’infanterie

Les pertes des belligérants …

Américains : 1.811 morts – 7.966 blessés.

Allemands : Nombre de morts inconnu – Plusieurs milliers de blessés – 1600 prisonniers.


Visitez le champ de bataille du bois de Belleau grâce à notre guide 14-18

Image de la couverture du guide du champ de bataille du bois de Belleau juin 1918

23 lieux de mémoire ou monuments à découvrir, 2 cartes et 9 plans en couleur, 25 photographies, 1 fichier PDF à télécharger de 16 pages en couleur aux dimensions A4, exclusivité guerre1914-1918.fr – Prix : 3,85 €.
Moyens de paiement disponibles : Paypal et carte bancaire, chèque et virement bancaire.


Sources …

Bataille du bois Belleau (fr.wikipedia.org)

Magazine Tranchée n°15, 2013, p. 34, Le sacrifice des Marines au Bois Belleau, Mathieu Geagea.

Livre(s) sur le sujet …

Chateau Thierry & Belleau Wood 1918: The AEF’s baptism of fire on the Marne, livre en anglais, David Bonk, Osprey Publishing, 2007.
Livre disponible sur le site Amazon.fr.

Liens utiles …

Site officiel de la ville de Château-Thierry

Musée de la Mémoire de Belleau 1914-1918

Pour vous rendre sur le site …

Depuis Château-Thierry, prendre la D1003 (avenue de Paris) en direction de Meaux et de la Ferté-sous-Jouarre. Devant l’entrée du monument américain de la cote 204, prendre la D9 à droite en direction de Belleau. A l’entrée du village de Belleau, prendre la petite route à gauche en face de l’église en direction de Bouresches et suivre « Belleau Wood ». Le parking est gratuit.